18 décembre 2018,
 Off

Le paradoxe pétrolierpétrole québécois

Les Québécois connaissent très bien l’expression suivante : prendre le taureau par les cornes. Ce qui veut dire prendre les choses en main, affronter la situation au lieu de l’éviter.

Oui, ils la connaissent mais ils font carrément le contraire.

Par les réseaux sociaux, je me dois de faire un suivi sur divers sujets liés à l’automobile car je suis très présent sur le web pour mon entreprise. Selon les commentaires des gens, j’essaie de me faire un portrait de la situation. J’analyse aussi l’opinion générale de la population sur les sujets de l’actualité. L’essence que l’on met dans la voiture est l’un des grands sujets d’actualité.

La réalité du Québec

Constat

1 : Les gens de la province sont fatigués de payer de l’essence. Ils sont tannés que l’essence prennent une place aussi grande dans leur vie. Ils se croient floués par les pétrolières.

2 : Beaucoup plus triste celui-là, les Québécois font exactement le contraire de la logique pour régler la situation. Dans les 30 dernières années, les ventes de véhicules de grandes tailles (camions et SUV) ont bondi de 246% au Québec. Les ventes d’essence ont bondi de 33%.

3: Les Québécois vivent une relation amour/haine avec le pétrole.

Les besoins réels en pétrole

Au risque d’être trop terre à terre pour vous, j’aimerais vous faire remarquer qu’une bonne proportion de nous, les Québécois, achètent trop gros avec des arguments plutôt discutables.

pétrole essence

J’entends des remarques du genre :

– Oui, si j’en ai besoin, je vais l’avoir.

– Ça peut être pratique.
– Je me sens plus en sécurité.
– J’ai toujours rêvé d’en avoir un.
– Faut bien se gâter un peu.
– Les routes ne sont pas belles.
– C’est ça que ça prend pour l’hiver qu’on a.
– Etc…

Toutes ces belles réponses qui n’ont qu’un seul but : vous convaincre que vous avez besoin de cet achat trop gros pour vous.
Souvent, tout cela est au détriment des autres postes de dépenses qui en subiront les conséquences. Car acheter gros, c’est payer gros et longtemps. C’est l’achat et l’entretien. C’est aussi les assurances et l’essence.

Surpasser ses besoins de pétrole

Oui l’essence est le sujet de l’article. Le symptôme est la consommation de gazoline provoqué par une maladie qui est la soif d’avoir une grosse machine pour transporter son petit corps d’une place à l’autre.

Chaque personne a son histoire mais les statistiques parlent d’elle-même. Les gens sont endettés et les gens calculent bien mal. Malgré tout, leur budget est rempli de dépenses futiles dont le transport « de luxe ». Comprenez-moi bien, le besoin de se déplacer est vital. Ne rien faire avec son F-150 sauf l’épicerie, c’est comme pêcher à la dynamite, ça n’a aucun sens.

Les chiffres sont clairs, nous régressons dans notre comportement de consommateur de pétrole. Nous n’avons rien compris des grandes crises de pétrole de 1973 et de 1980. La dernière a permis un bond de 270% de hausse du prix du pétrole en 18 mois.
Au lieu de prendre le temps qui nous est alloué pour se préparer à l’inévitable, c’est-à-dire, se diriger vers une autre source d’énergie, comme avons fait le contraire. Nous avons augmenté notre dépendance à l’énergie fossile.

Le pétrole n’a pas d’odeur

production pétrole

De plus, le Québec achète depuis longtemps son pétrole d’outre-mer en grande partie alors que le Canada est un producteur important. C’est pour moi un non-sens. Heureusement, la tendance se renverse dans les dernières années. Mais, pour le peuple assoiffé d’or noir, seul le prix est un facteur important. Les Québécois sont plutôt indifférents sur le pays d’origine de l’essence qu’ils mettent dans leurs voitures.

Budget vs pétrole

Je crois que les Québécois devraient miser sur une diette des dépenses liées à l’automobile. Pour la plupart d’entre eux, outre les effets bénéfiques sur l’environnement, cela provoquerait une panoplie de nouvelles possibilités dans le budget des gens. De l’argent disponible pour profiter d’autres choses que d’hydrater son camion.
Au niveau pécunier, les conséquences d’avoir une embarcation démesurée est aussi dommageable que de fumer. C’est une habitude qui gangrène la santé financière des gens.

Exemple d’un consommateur de pétrole

Juste pour faire valoir mon point, voici un exemple intéressant.

Imaginez une personne pas trop riche qui s’achète un beau camion comme elle a toujours voulu. Elle le fait financer sur 84 mois. Elle se sert de son ancienne voiture pour payer un cash de départ de peine et de misère et commence à profiter du dit camion. Jusque-là, tout va bien. Oui, l’essence et l’entretien demande beaucoup dans le budget de la personne pas trop fortuné mais elle est satisfaite de son achat.

Imaginons maintenant qu’une crise de pétrole majeure arrive semblable à celle décrite précédemment. Et que, en quelques mois, nous doublons le prix de l’essence à la pompe. Catastrophe! Elle n’a plus les moyens de payer. Pire encore, la situation a détruit la valeur marchande du camion dont personne ne veut et elle est pris à la gorge avec un prêt encore très long.

consommation essence

Trois solutions tous terribles s’offrent alors :
  • Déclarer faillite et se faire saisir pas seulement le camion.
  • Vendre le camion avec une énorme perte et subir encore une grosse balance de prêt et ensuite rouler avec un bazou.
  • Faire des pieds et des mains pour conserver son beau camion en ruinant les autres sphères de sa vie comme les activités et la nourriture.

La cigale et la fourmi du pétrole

Pas facile comme choix. Je tente simplement de vous dire que nous devrions tous avoir un brin de personnalité de la fourmi en nous, pas seulement la cigale.

Ce qui serait intéressant de faire pour améliorer sa consommation de pétrole.
Les points sont très simples. Comme l’exemple ci-haut le mentionne, rien ne nous protège d’une prochaine crise. Sauf d’être prévoyant :

– Aller chercher une voiture selon nos besoins quotidiens, pas pour des besoins sporadiques très rares.
– Envisager de payer une voiture qui a une motorisation de qualité et qui sera économique versus les autres de la même catégorie.
– Faire un projet de vie selon lequel les déplacements seront diminués. Car c’est logique, la consommation d’essence est proportionnelle à l’utilisation.
– Penser à des alternatives au pétrole comme énergie.

Chaque situation est différente et il serait faux de faire croire aux gens que les voitures électriques conviennent à tous. Il en va de même pour les sous-compacte.

Regardez l’expérience qui parle

Je remarque souvent que les retraités sont plus réfléchis dans leurs choix automobiles. Comprenant que les revenus ne sont pas infinis et que les besoins sont ridiculement faibles, ils optent souvent pour une voiture plus petite que leur voiture précédente.

Calculez-vous un étalon de mesure simple

Faire des petits calculs peut s’avérer utile pour ne pas faire de changement inutile. Par exemple, si l’essence est à 1.50$/litre, que mon auto fait une moyenne de 10 litres/100km et que je roule environ 20,000km/année, combien je dépense par année? Combien un seul litre/100km peut affecter l’année?

Résultat :

2000 litres annuels donc = 3000$ d’essence. Étalon 1 litre/100km = 300$

Si vous lisez bien l’exemple, vous comprendrez que chaque 1litre/100km de plus que la voiture d’à côté vous coûte 300$/année de vos poches. C’est le truc, comparer constamment avec des raccourcis du genre.

Cela voudrait dire aussi dans l’exemple suivant que deux amis l’un avec un sous-compacte à 7 litres/100km et l’autre avec un camion à 17 litres/100km aurait une différence annuelle de plus de 3000$ d’essence. L’un aurait une facture de 2100$ au total alors que l’autre payerait plus de 5100$.

Faut donc en faire beaucoup des voyages chargés et des trucs divers pour rentabiliser un camion. Il ne faut pas l’avoir juste pour éviter de payer une livraison sur une télé ou un meuble une fois aux deux ans.

De plus, ce n’est pas tout. Pour pouvoir payer ce 5100$ d’essence, il vous faudra travailler pour au moins 8000$ en salaire brut.

Regardez-vous dans le miroir

Ce n’est pas à moi de vous dire quoi faire. Je peux faire un article mais je ne peux pas faire plus. La balle est dans votre camp. Mon souhait serait simplement de voir une plus grande partie de vos sous sur des postes de dépenses différents et vous éloigner peu à peu d’un liquide encore trop important à vos yeux.

Autres liens intéressants sur notre site

Comments are closed.

418-627-0058 ou prise de rendez-vous en ligneCliquez ici