514, boul. Louis XIV
Charlesbourg, Québec, G1H 4N9
Garage Charlesbourg Certi-pro - Pneus et mécanique
418-627-0058
17 février 2015,
 0

La toute nouvelle INSPECTION CONSEIL

Cliquez ici

Autos usagées – 7 conseils avant d’acheter

 Attention le texte original sur les autos usagées dont je me suis inspiré provient du magazine Protégez-vous. J’ai ajouté des annotations en tant que mécanicien pour vous éclairer davantage.

Les éléments qui ont un impact sur les prix des autos usagées

Le kilométrage

texte original: Pour les autos usagées de moins de 5 ans, les prix baissent aux alentours des 100 000 km Car la garantie du constructeur n’est plus en vigueur. Un kilométrage élevé (130 000 km et plus) fera davantage baisser le prix des marques américaines et des véhicules européens de prestige. Mais de façon moindre pour les marques japonaises. Par contre, la valeur des camionnettes (pick-up), comme celle des véhicules à moteur diesel, résistera mieux au kilométrage élevé.

kilométrage-Annotation personnelle:

Attention, plusieurs autos usagées ont des garanties qui se terminent à 80 000km ou 60,000km. Donc, certaines autos usagées sont beaucoup moins intéressantes que prévues entre 60 000km et 100 000km. Un grand nombre se vendent avec des garanties prolongées. Il faut être très prudent car plusieurs plans de garantie sont médiocres. Elles sont ajoutées aux véhicules seulement pour faciliter la vente en tant qu’outil aux vendeurs.

Malheureusement, il faut lire et s’informer sur le plan. Pour ce qui est des origines du constructeur, le fait que la voiture soit de marque asiatique ou américaine ou européenne n’est plus une règle parfaite comme ce fut déjà le cas. Certains modèles sont de véritables fiascos et se vendent malheureusement grâce au nom. Mais rendu au moment où cette voiture se vend usagée d’environ 4 ans par exemple, la règle mentionnée ci-dessus pourrait vous mettre dans un sale pétrin. Elle pourrait vous faire acheter un mauvais produit qui a un bon nom. J’ai des dizaines d’exemples que je ne peux écrire publiquement.

La couleur

Texte original: Certaines couleurs, comme le blanc, le noir et le gris foncé métallisé, sont très recherchées. Le beige, le rouge, le vert et d’autres couleurs moins populaires peuvent faire baisser le prix de 500 à 1 000 $, parfois plus pour les modèles de luxe.

Couleur-Annotation personnelle:

Parfaitement d’accord avec ce point à condition d’avoir pris soin de sa carrosserie. Les égratignures sur un noir paraissent énormes et les picots de rouille sur un blanc sont très extravertis. En gros, les couleurs se démodent et les tons ne se démodent pas.

La transmission
Texte original: La transmission automatique, largement majoritaire au Québec, constitue un atout pour la valeur de revente des autos usagées. Si vous êtes prêt à conduire une manuelle, vous devriez être en mesure d’économiser 1 000 à 2 500 $ sur un véhicule récent, selon la catégorie, à l’exception d’une voiture sport.

Transmission-Annotation personnelle:

Il est souvent vrai d’affirmer cela. Mais certaines exceptions s’appliquent aux voitures sports (manuelle recherchée). La transmission automatique a souvent un prix plus élevée de beaucoup car elle est liée à un groupe d’options (a/c, v6, abs, etc..). C’est l’ensemble qui explique souvent la différence. Une voiture manuelle avec un groupe d’option élargi sera d’un prix semblable. Il faut surtout faire un choix réfléchi sur nos besoins. Il y a aussi la transmission CVT (constant velocity transmission). La transmission à ratio variable est une super invention mais fragile. Plusieurs constructeurs la font mais elles ne sont pas toutes bonnes pour autant. Prenez soin de vérifier si la CVT peut combler vos besoins. Certaines ont de très faibles capacités de remorquage.

L’équipement

Texte original: Le climatiseur est presque de rigueur sur les autos usagées. Un petit modèle de base – la seule catégorie de véhicule qui pourrait ne pas en être pourvu – perdra de 500 à 1 500 $. L’impact négatif à prévoir sur le prix est plus net au printemps et en été.Sur une voiture de luxe, l’absence de toit ouvrant vous permettra d’épargner 1 000 à 2 000 $; il s’agit d’une économie intéressante sur un accessoire qui est assez rarement utilisé.

L’équipement-Annotation personnelle:

Le climatiseur est essentiel ou presque. Donc, lors de l’achat, il faut s’assurer qu’il fonctionne bien. Cela est très difficile en hiver car il n’y a pas de réelle chaleur pour donner un vrai défi au système. On peut vérifier si le compresseur s’engage et compresse mais qu’en est-il vraiment de sa performance lors de chaleur intense et d’humidité? Pour un achat en hiver, je vous suggère de vous assurer d’avoir une garantie qui se rend jusqu’au printemps pour faire un vrai test. Par expérience, cela arrive très souvent que des nouveaux achats deviennent des boîtes à surprises au printemps. Soyez prudents.

Démasquer le faux particulier

Texte original: Le faux particulier est un commerçant peu scrupuleux. Il se fait passer pour un particulier afin de se soustraire, entre autres choses, à la Loi sur la protection du consommateur. Le risque, si vous faites affaire avec lui, c’est de vous retrouver avec un citron et de n’avoir aucun recours.Voici quelques indices qui devraient vous mettre la puce à l’oreille.

-Le prix de vente affiché est souvent inférieur à celui du marché pour le même modèle en bonne condition avec le kilométrage et les équipements annoncés.

-Le faux particulier fera tout pour vous dissuader d’inspecter le véhicule.

Démasquer le faux particulier(suite)

-Ce dernier restera flou quant à la date à laquelle il a acheté le véhicule: «Ça fait quelques mois», «Je l’ai depuis plus ou moins un an». Un faux particulier évitera de se présenter comme le propriétaire d’origine, car il n’est pas en mesure de vous montrer le contrat d’achat.

-Le véhicule qui vous intéresse n’est pas assuré pour circuler. «Je ne m’en sers plus, alors je n’ai pas renouvelé l’assurance.» Cela signifie généralement que le faux particulier n’a jamais assuré le véhicule à son nom.

-L’immatriculation du véhicule commence par X- (la lettre suivie du trait d’union: il s’agit de la plaque d’un commerçant d’autos), il n’y a pas de plaque d’immatriculation ou, encore, celle-ci est périmée.

-On vous propose de déclarer un prix inférieur à celui que vous avez payé. Pour économiser sur la taxe de vente. Dans le cas d’une réclamation éventuelle de votre part, il sera difficile de revenir en arrière pour établir le prix réel payé lors de la vente.

Faux particulier-Annotation personnelle:

Il manque un point important. Plusieurs d’entre eux sont habiles pour organiser la visite du véhicule dans un endroit neutre comme un stationnement de centre d’achats. Cela leur évite d’être retrouvable facilement à leur propre domicile. Lors de la transaction, leurs papiers ne sont peut-être pas conformes et l’adresse non plus. Il en va de même pour leur numéro de téléphone cellulaire qui n’est pas lié à un endroit fixe.

Dans ces cas, n’en faites pas plus. Arrêtez immédiatement les démarches et sauvez-vous. Ce sont, fiez-vous à mon expérience, les véhicules les plus problématiques du marché. De vrais bombes à retardement. Ces arnaqueurs sont de vrais maîtres de l’art du camouflage. Et ne pensez pas que l’habit fait le moine, souvent ils parlent bien, s’habillent bien, l’histoire est bien ficelée et cela peut être une femme également, pas seulement des hommes.

La loi est de votre côté

Texte original: D’abord, si vous décidez de faire affaire avec un commerçant, sachez que le Québec dispose du meilleur encadrement pour la vente des autos usagées au Canada (et probablement en Amérique du Nord). Voici quelques avantages et éléments de protection propres au Québec.

-Premièrement, la publicité décrivant le véhicule doit afficher le kilométrage. Cependant, dans une annonce pour plusieurs véhicules du même modèle, le commerçant doit indiquer le kilométrage du plus élevé. En de plus, prix du véhicule le plus cher du lot.

-Ensuite, le prix mentionné sera «tout inclus» à l’exception des taxes et redevances. Au Québec, des suppléments pour «frais d’administration» et autres faux services, pratiques courantes dans les autres provinces, ne peuvent pas être ajoutés au prix annoncé.

-Évidemment, le commerçant doit vous permettre un essai routier.

La loi est de votre côté (suite)

-De plus, ce dernier doit permettre une inspection avant la conclusion de la vente. En contrepartie, le commerçant pourrait exiger un dépôt ainsi que la signature d’une offre d’achat avant de procéder à l’inspection. Vous pouvez indiquer à la signature de cette offre votre droit de la retirer. Grâce à cela, vous obtiendriez un remboursement du dépôt après inspection.

-Avec évidence, une étiquette donnant des informations importantes doit être visible sur le véhicule. Il faut souligne que ces étiquettes sont parfois incomplètes. Malgré cela, vous y trouverez habituellement l’année de construction, le prix et le kilométrage.

-Finalement, les garanties complètes. Au moment de l’achat, tout véhicule ayant moins de 5 ans et 80 000 km est assujetti à une garantie sur son ensemble d’une durée de 1 à 6 mois. Tous les véhicules, au moment de la vente, sont censés être libres de vice caché et assujettis à une garantie de bon fonctionnement. Il est permis à un commerçant de vendre un véhicule présentant des défauts, à la condition de les déclarer et de fournir une évaluation du coût des réparations.

La loi-Annotation personnelle:

Il est vrai qu’au Québec, les lois qui encadrent la vente de voitures usagées semblent vous protéger. Mais dans la vrai vie, est-ce le cas? Hé bien souvent non. Plusieurs commerçants même les plus gros (concessionnaires et grossistes H. Grégoire par exemple) omettent souvent de respecter les principales lois citées plus haut. Le problème du Québec est toujours le même: beaucoup de lois mais peu d’application. Il faut se faire respecter en dénonçant les mauvaises pratiques nous-mêmes car personne ne fait la police et les conséquences sont faibles pour les gros ou absentes pour les non-solvables (certains petits vendeurs de coin de rue crapuleux). Un conseil: écouter l’émission La facture peut aiguiser vos sens pour éviter les principaux pièges.

L’essai sur route, oui, mais…

Texte original: Un essai sur route effectué par l’acheteur ne permet pas d’évaluer l’état de la mécanique. Peu de gens sont en mesure de juger un véhicule en se limitant à un court essai routier, avec le vendeur présent dans l’auto et sur un itinéraire qu’ils ne connaissent pas. La plupart des véhicules d’aujourd’hui tiennent suffisamment bien la route et ont des moteurs assez silencieux pour «réussir» ce genre d’essai aux yeux d’un acheteur potentiel.Fonder l’évaluation de la mécanique de l’auto sur un essai de ce genre est donc une mauvaise idée. Seuls un expert ou un professionnel seront véritablement en mesure de déceler des défectuosités possibles de cette manière.

Dans la grande majorité des cas, l’essai par le consommateur ne sera pas déterminant en matière de mécanique.En revanche, un essai de ce type permettra au consommateur d’évaluer le confort du véhicule, la visibilité, l’accessibilité des commandes ou encore l’ergonomie.Plutôt que de vous laisser «embarquer» dans un essai trop court en compagnie du vendeur, l’Association pour la protection des automobilistes (APA) conseille de louer dans une agence de location un véhicule similaire pour une journée ou deux et de l’utiliser tranquillement, comme vous le feriez en tant que propriétaire.

Ceci est particulièrement recommandé si vous changez de catégorie de véhicule, en passant par exemple d’une petite voiture à un VUS. Dans le cas d’un modèle de luxe, le concessionnaire se montrera parfois ouvert à vous prêter le véhicule. Peut-être pour quelques heures, sur rendez-vous, afin que vous puissiez vous faire une idée plus précise de ses qualités.

Essai routier-Annotation personnelle:

En tant que mécanicien, je pourrais dire que l’essai routier peut servir à un technicien pour diriger ses recherches. Ainsi, diriger l’inspection vers certaines vérifications précises. Enfin, cela permet  d’apporter aux clients un constat plus clair qu’une simple tournée visuelle sous la voiture. Donc ces deux derniers sont essentiels. Pour le client, l’essai routier fait par soi-même demeure utile malgré tout car c’est la seule façon de savoir si la voiture nous plaît. Le client peut s’imaginer ou non dans son quotidien avec le véhicule et prendre une décision réfléchie.
Texte original: Cette étape peut vous éviter bien des ennuis. Pourtant, les consommateurs ont tendance à ne pas prendre cette précaution, car elle entraîne des déplacements et des délais supplémentaires, le temps par exemple de trouver un atelier et d’obtenir un rendez-vous. Une inspection de qualité, qui coûte de 100 à 150 $, devrait prévoir:

  • un examen complet de la mécanique
  • un essai sur route
  • une inspection sommaire de la carrosserie pour détecter des signes de réparation.
L’inspection avant l’achat: votre garantie anti-citron

La très grande majorité des ateliers de réparations mécaniques n’ont pas la formation permettant de déceler de manière fiable les réparations effectuées à la suite d’une collision. Si le vendeur vous mentionne une collision antérieure, vous feriez peut-être mieux de consulter un carrossier avant l’achat.Si vous ne connaissez pas d’atelier, vous pourrez prendre un rendez-vous chez un concessionnaire.

Exigez toutefois que l’inspection soit effectuée selon les normes. Et aussi, avec le formulaire employé pour le programme des véhicules certifiés du fabricant. Ces formulaires exigent la vérification de la carrosserie. Prévoyez des frais de 125 à 150 $ pour une telle inspection, plus complète que celle faite habituellement par un concessionnaire avant l’achat. L’APA recommande un service d’inspection mobile dans la région de Montréal pour vérifier la mécanique et la carrosserie.

L’inspection-Annotation personnelle:

Il est vrai que plusieurs renoncent à faire inspecter avant leur achat et cela est très triste pour eux. Une majorité auront des surprises qui leur feront regretter leur choix. Un nombre inquiétant auront même des difficultés financières. Et ce, dues à des réparations imprévues ou négligeront d’être en sécurité. Pour ce qui est des voitures qui ont un passé trouble (accident, sinistre), évitez-les tout simplement. Prenez garde car plusieurs proviennent de l’extérieur du Québec, elles sont souvent en mille et ont un étiquette de conformité de la SAAQ.

Les déclarations à propos des collisions antérieures: le poids des mots

Texte original: Les commerçants sont très bien informés sur les services privés, comme CarFax et CarProof. Ils ne fournissent que des données partielles sur les collisions antérieures au Québec. Sachez que lors de l’achat d’un véhicule entre professionnels, par exemple lors d’un encan, ils ne se fondent pas seulement sur ce type de recherche. Mais ont recours à un appareil spécifique qui leur permet de déceler quelles ont pu être les réparations de carrosserie.

Exigez du commerçant qu’il mentionne par écrit sur le contrat de vente que la «carrosserie et le châssis sont en état d’origine» ou que la «peinture sur tous les panneaux est d’origine» si c’est bien ce qu’il a déclaré verbalement avant la vente.Vous serez peut-être surpris de constater qu’il préférera sans doute écrire que «le rapport de CarProof n’indique pas de collision» – ce qui pourrait être le cas, mais n’exclurait pas une collision antérieure.

Collisions antérieures-Annotation personnelle:

Très bonne remarque. De creuser en posant des questions sur la carrosserie au vendeur peut faire craquer le masque et dévoiler la vérité. De plus, s’il est bon menteur, il se mettrait lui-même dans l’embarras en indiquant de fausses déclarations dans le contrat et vous seriez bien placé lors d’un litige.

Acheter une auto, pas une dette

Texte original: Consultez le Registre des droits personnels réels et mobiliers (RDPRM). Pour vous assurer que le véhicule ne sert pas à garantir une dette. Si la dette n’a pas été rayée du Registre, le créancier pourrait saisir le véhicule. Ou encore, réclamer le paiement de la dette au dernier acheteur. Cette étape est essentielle lors d’un achat entre particuliers. Un commerçant doit détenir une licence accompagnée d’une caution qui vous protégerait s’il se montrait incapable de régler une dette antérieure.

Dette-Annotation personnelle:

Depuis plusieurs années, le fléau de vendre des autos usagées avec une créance est très répandu. Il y a des troisièmes chances au crédit ce qui fait en sorte que même un véhicule de huit ans n’est pas nécessairement libre de dette. Beaucoup de monde sont endettés et se font prendre avec la dette des autres. C’est pourtant un incontournable, cela ne coûte presque rien et ne prend que quelques minutes à vérifier.

S’il vous plaît, cessez de prendre vos achats à la légère. Je le dis souvent dans mes chroniques: il n’y a pas de place aux émotions. Il faut faire ses devoirs. La pauvreté est souvent liée à une intelligence financière faible. On peut être intelligent dans la vie mais ne pas faire des choix judicieux au niveau financier. De bien choisir son moyen de transport est l’un des points importants. Alors, j’invite les gens à me contacter pour des conseils plus personnalisés.

Christian Duval

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Inscris-toi à l'infolettre Certi-pro et obtiens 25% de rabais sur l'entretiens de tes freins.
ENVOYER
Inscris-toi à l'infolettre Certi-pro et obtiens 25% de rabais sur l'entretiens de tes freins.
ENVOYER
418-627-0058 ou prise de rendez-vous en ligneCliquez ici